Logo l'europe s'engage réunion logo prefet Logo Union Européenne Ce site internet est cofinancé
par le Fonds social européen
dans le cadre du programme opérationnel FSE La Réunion
2014-2020
  1. Accueil
  2. Grands publics
  3. Projets financés
  4. PROGRAMME DE FORMATIONS SPÉCIFIQUES - FORMATION EN MILIEU CARCÉRAL

PROGRAMME DE FORMATIONS SPÉCIFIQUES - FORMATION EN MILIEU CARCÉRAL

DU 08/2015 AU 08/2018Hôtel de Région Avenue René Cassin BP 67190 Saint Denis de La Réunion
Montant FSE : 445 696,00 €
Montant total : 557 120,00 €
Axe : 3 - FAVORISER L'INCLUSION SOCIALE ET LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN RENFORCANT LA FORMATION ET L'ACCOMPAGNEMENT DES PUBLICS
Bénéficiaire : Personnes placées sous main de justice

La loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale a achevé le transfert de compétences de l’État vers les Régions en ce qui concerne notamment la formation des personnes placées sous main de justice et, cela depuis le 1er janvier 2015. L'article 21-II 2°, portant modification de l'article L 6121-2 du code du travail, de la loi susvisée stipule que la Collectivité Régionale « finance et organise la formation professionnelle des personnes sous-main de justice ».

Pour rappel au niveau local, depuis plusieurs années, La Région Réunion s'est engagée aux côtés de l'Etat, dans le cadre d'un partenariat construit avec le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de la Réunion (SPIP), en vue de favoriser l’intégration sociale des détenus, de lutter contre la récidive et de les accompagner vers une réinsertion hors milieu carcéral par la mise en place d'actions de formation cofinancées par La Région Réunion et l'Union européenne à travers le Fonds Social Européen (FSE).

En effet, l’accès à l’enseignement et à la formation est un droit fondamental des détenus reconnu par le code de la procédure pénale, par le Conseil de l’Europe en 1987 et en 1989 par les Nations Unies.

De manière générale, les personnes détenues ont des niveaux de formation relativement faibles (niveaux VI et V bis - classe de 6ème à la classe de 3ème - ou abandons en cours de CAP ou BEP 1ère année) ; ces niveaux, observés par l’Éducation nationale lors des entretiens réalisés avec les détenus dès leur arrivée en centre de détention, concernent 90 % de la population carcérale.

Tous les ans, le SPIP élabore conjointement avec les directions des établissements, le plan de formation des personnes détenues après consultation du référent Justice du Pôle emploi afin de déterminer les secteurs professionnels porteurs d’emplois. La mise en oeuvre du programme de formation tient compte du niveau des détenus et des moyens techniques des centres de détention.

La 1ère action concerne l'achat de prestations de formation qui comprend trois volets :

un volet « savoirs de base» ; acquérir des compétences dans le domaine de la soudure ;

un volet « titre professionnel (TP)» : préparer le titre professionnel Agent de propreté et d'hygiène ;

un volet "Certificat d'aptitudes professionnelles" (CAP) : préparer le CAP Bâtiment maçonnerie et CAP Peintre-applicateur de revêtement.

Les formations visent à réactiver et/ou renforcer les savoirs de base, à aider les stagiaires à valoriser et utiliser leurs compétences, leur apporter une formation spécifique en vue d’accéder à un métier ou à une filière d’insertion par la préparation d’un CAP ou d'un titre professionnel ou encore l'acquisition de connaissances plus globalement.

Aussi au titre de la période 2015-2016, 6 formations ont été proposées autour des 3 volets indiqués ci-dessus ; le programme concerne les trois centres de détention de l’île pour un effectif prévisionnel de 96 stagiaires et un volume global prévisionnel de 58 240 heures/stagiaires.

La 2ème action concerne la rémunération des stagiaires conformément à l'article R 6341-1 du Code du travail.

 
Les finalités de ce projet s'articulent autour des axes suivants :

-L’enseignement en milieu pénitentiaire doit permettre à tous les détenus « d’avoir accès à une éducation de qualité équivalente à celle dispensée dans le monde extérieur, particulièrement ceux qui n’ont ni qualification ni diplôme et parmi eux, en priorité, les détenus illettrés ou analphabètes ».

-Pour certains, cette période d’incarcération permet d’acquérir les premiers savoirs auxquels ils n’avaient pas eu accès. Ils peuvent développer des compétences professionnelles par le biais de formations rémunérées ou encore par le biais du travail et autres activités proposées en détention.

-enfin, il s'agit de renforcer les savoirs fondamentaux du détenu afin de lui permettre de s’orienter vers un métier ou une filière d’insertion.